Skip to content

KRS-One & True Master – Meta-Historical (2010)

45 ans dont 26 ans dans le Rap game, 6 albums sous l’effigie du Boogie Down Productions, 14 albums solos, un album en collaboration avec Marley Marl et un autre avec Buckshot, voilà le testament rappologique que KRS-One a transmis aux générations abreuvés au Hip-Hop. Alors pourquoi, ce fanatique du rap et maître de la rime continue de batailler alors qu’il n’a plus rien à prouver ? Pour marquer à jamais le mouvement ? Pour tirer le rap vers le haut ? La réponse est assez floue car si le Teacha se vante d’être le gardien du vrai Hip-Hop, le résultat qualitatif de ces dernières démonstrations reste anecdotique. Mais voilà The Blastmaster semble continuellement en manque de challenge et la multiplication de projet en collaboration démontre une envie de retour au top mais pour le moment non couronné de succès (logique aussi vis-à-vis de la qualité médiocre de ses dernières sorties). Alors dans cette reconquête KRS-One croise le chemin de True Master producteur affilié au Wu Tang et qui a connu une période faste dans les années 90 pour tomber dans un anonymat qualitatif à l’heure actuelle. Pari donc risqué pour KRS-One qui mise sur l’animal blessé pour un sursaut d’orgueil qui pourra faire de Meta-Historical son salut.
Dur de donner une traduction réelle de ce titre sans renvoyer l’auditeur vers l’œuvre du docteur Fearon, disons juste que le terme revêt une philosophie émotionnelle. Bref, aussi complexe que sa pochette, cette nouvelle collaboration semble dès le départ perdante. Et après une introduction soporifique, Murder Ya vient percuter les tampins avec une agressivité animale. KRS-One semble méconnaissable en tueur à gage sans concession pendant que True Master distille un poison sonore d’une noirceur comparable à ses débuts. L’apriori négatif s’évapore alors et la certitude de retomber dans un schéma revival très agressif s’instaure. Si sur la longueur de l’album, True Master, à l’aise de part ses productions boom baps minimalistes, rend une copie plus que propre on reste assez frustré du manque de prise de risque que son niveau lui permettrait. Meilleur exemple Palm & Fist ou Gimme Da 90’s donne un rendu efficace mais complètement banale. A l’inverse One Two, Here’s What We Gon’ Do, Knowledge Reigns SUpreme, Street Rhymer et He’s Us renouvellent le genre avec intelligence. On notera les très bonnes prestations d’un True Master convertit au mic sur He’s Us (vraiment en phase avec son instru) et Knowledge Reigns SUpreme.
Mais le vrai gagnant de cette expérience reste KRS-One. Revigoré et enclin à en découdre, KRS-One est comme un poisson dans l’eau dans cet univers musical. Des prestations de haut vol malgré une approche de réflexion assez perché voire incompréhensible (Unified Field), KRS-One retrouve une seconde jeunesse et entraîne ses guests dans la même direction (la prestation de RZA sur Here’s What We Gon’ Do apporte un plus indéniable et même Cappadonna sur Street Rhymer joue le jeu). Le vieillissement de l’élite du rap, au cœur de l’actualité rap, poussait les auditeurs à douter d’une compatibilité entre l’âge et le maintien du flow pourtant du haut de ses 45 ans Kris Parker tord le coup aux détracteurs en délivrant un travail quasi parfait.
Au final on reprochera simplement un manque réel d’ingéniosité sur cet album et surtout un nombre de skits inutiles au possible mais d’un point de vue d’ensemble l’album démontre une réelle solidité. Le retour en grâce ne passera pas par ce Meta Historical mais la voie est ouverte et l’espérance, souvent cassait par un fatalisme ambiant, de nouveau d’actualité. Il est sur que l’annonce de la sortie imminente du projet Godsville avec l’éminence grise du D.I.T.C. Showbiz (et le frenchie E-Blaze) sera suivie de très prêt…
15/20
KRS-One & True Master – Meta-Historical (2010)
0 vote(s)

4 comments on “KRS-One & True Master – Meta-Historical (2010)

  1. SnowgoonS on said:

    Avoue tu étais perché quand tu l'as écouté… nan sérieusement faut que je le refasse tourner pour donner un avis mais je pense pas qu'il sera aussi positif que le tien… (Crystal meth je vois que ca…)

  2. Crazy Horus on said:

    Bah mon salaud ! 15/20 ! damn ! Tu sais déjà que nos avis divergent (et dix verges c'est énorme ! merci Desproges ) Vraiment pas emballé, au point que je lui mets un 12/20. Mis à part comme tu l'as bien dit un KRS sur le vif, bien mordant (et ça fait plaisir), True Master est quand même resté dans un coma créatif depuis la fin des 90's. Insipide au possible alors qu'il a participé aux belles heures du Wu, le type nous sort des prods au minimum syndical. Pas de folie donc. Album gavé de skits qui bien qu'une fois remis dans le contexte trouvent aisément leur place, on aurait pu attendre mieux de la part de Master. Dommage pour KRS qui nous sort encore un duo limité qui sur le papier était prometteur. La dernière chance sera avec Show, et là j'ai confiance. Best tracks : "1-2 Here's What…", "Unified Field", "Palm & Fist".

  3. Pas besoin de drogues pour sentir que cet album est carré. Alors ouais l'ami True Master fait son minimum syndical mais cela suffit à en faire un bon album grâce à un KRS-One de haut niveau.Il perdra surement de la valeur avec le temps mais pour le moment je trouve que son homogénéité ne le tue pas donc j'en profite !

  4. Anonymous on said:

    BON DEPART

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les balises HTML ne sont pas autorisés.