Skip to content

Crown – Pieces To The Puzzle (2014)

Grim Reaperz, un blaze qui direct ne sonne pas avec une invitation à un thé dansant mais plus à une initiation à l’embaumement dans le lab d’un thanatopracteur. Derrière cette sombre appellation se cache deux artificiers qui sévissent depuis quelques années dans l’obscurité : Crown et Supervillain. Si ces noms ne vous disent toujours rien, ce sont eux les responsables de l’univers musical d’Abysses de Scylla. Loin d’être cantonné qu’à un album, les mecs posent leurs bastos auditifs sur toutes les grandes places du Hip-Hop (Diabolic, Main Flow, AOTP, Saké, Inglorious Bastardz, Snowgoons, Jedi Mind Tricks etc.). Premier à faire bande à part, Crown lâche son premier projet Pieces To The Puzzle, une potion musicale distillée avec patience pendant 5 ans et qui se veut un sérieux concurrent au trône de 2014.

Ce qui attire forcément l’auditeur à se pencher sur ce projet de beatmaker vient du positionnement de Crown sur sa liste d’invité, loin de vouloir imiter ses compères à taper dans tous ce qui bougent dans l’underground quitte à inviter tous les paumés du game qui n’ont strictement rien ou plus rien à kicker (Sadat X ou Bekay dans le haut de la liste), la moitié des Grim Reaperz a su trouver les combinaisons magiques et les artistes qui donneront un gage de qualité (le mec a dû aussi se montrer intransigeant sur les verses pour obtenir ce type de résultats). Quel squatteur de bac, un tant soit peu rationnel, oserait bouder l’association PMD, Flynt, Akhenaton et Lil Dap ? Quel nostalgique du rap français passerait son chemin face à En Roue Libre qui réunit ATK, Gwenzel, Fayçal et Tupan ou même sur Warning qui ressuscite Dadoo de KDD? Ou même pour le plaisir d’écouter de nouvelles tracks d’artistes comme Masta Ace, Freestyle des Arsonists, Saigon, Rasco et Reks, connus pour leurs sérieux et une carrière qui parle d’elle-même (un peu moins pour le dernier de la liste).


La guestlist c’est un peu l’agneau éviscéré qui fait ramener le vautour, car quand on rentre dans les entrailles du projet, on s’aperçoit très vite que les organes qui les composent sont plutôt bien mastoques (y a de quoi grailler, at the BBQ shit). Déjà une tracklist de 17 morceaux + un morceau bonus ce qui logiquement aurait pu amener à la casse comme on le constate jour après jour (le rap tue plus de beatmakers que Lucas Hood tape de boules dans Banshee). Mais avec 5 ans de réflexion et des artistes triés sur le volet, il manquerait plus que de tomber sur une bouse pour discréditer Crown, erreur évitée. Donc pour le projet à 80% de tracks à trash, Pieces To The Puzzle ne saura pas lauréat. Autre cartouche à sa charge, Pieces To The Puzzle est composé presque entièrement de scratch sur les refrains (sauf pour l’autre jeune fille en fleur et deux autres morceaux), donc pour le refrain de tétraplégique à la Schoolboy Q ou du dernier tuyau d’évacuation des eaux usagers à la sauce RnB, on n’aura pas à se plaindre non plus. A ce jeu, Crown assure une bonne partie et confie le reste à des pointures : DJ Nixon (proche de Al’ Tarba et membre de Sick Digger Recordz, vu sur des projets comme ceux de Low Cut, et best warm-upeur des scènes parisiennes) Chinch 33 (membre de 33 Funk, Guerilla War Tactix et Bedlam Mind, habitué de la scène US, le mec a dû collaborer avec les meilleurs), DJ Venum (old school jusque dans les scratchs, est à la mixtape ce que les plumeaux sont aux slims), DJ P (lui aussi refourgueur de mixtapes, membre du Turntableast Crew) et Rhyme-A- (si tu connais pas ce putain de rap coréen jeu, tu sais par où commencer ou pas).


Enfin dernier élément qui fait la réussite de ce projet : Crown himself et là c’est vraiment une question de goût… En clair si les caisses claires sur des instrus jazz soul à orientation nocturnal sur un mastering sur-propre de Supervillain (seconde moitié des Grim Reaperz) vous rebutent alors passer votre chemin. En terme plus court, si tu considères l’ambiance musicale du dernier Scylla insupportable pas sûr que cet opus change grands choses. Mais voilà la pâte Grim Reaperz étant acquise, les habitués seront servis, une manette dans la passé (En Roue Libre), une manette dans le futur (W. W. W. Part.2), Crown lâche une copie propre comme toujours avec du matos bien lourd (Ecrans de Fumée, No Doubtz) et peut donc regarder la caravane des beatmakers du dimanche passée devant lui en se marrant. Aucune déception sur les combinaisons annoncées, celle de Phil Da Agony, Saigon et J-Hood sur No Doubtz casse des bouches pareil que Survival Challenge avec Reks, Kool Sphere et Krumb Snatcha. The Message avec PMD, AKH, Flynt et Lil Dap est calibré comme on pouvait si attendre et En Roue Libre tape clairement la corde sensible sur des scratchs de haute volée de DJ Venum (on a du mal à imaginer d’autres gars que les mecs d’ATK pour kicker sur ce type de beats).

Avec 90% de projets de beatmaker qui finissent aux oubliettes, Crown prenait un gros risque à vouloir tenter cette voie. Souvent associé à Scylla, on oublie vite que le mec doit son exposition avant tout à son travail et celui de Supervillain. Avec Pieces To The Puzzle, Crown sort de l’ombre et surtout offre un projet cohérent et structuré le tout complété par une guestlist et des combinaisons tout sauf anecdotiques.

 

Crown – Pieces To The Puzzle (2014)
16 vote(s)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les balises HTML ne sont pas autorisés.