Skip to content

Soul Assassins – Intermission (2009)

Qui aurait pu parier devoir attendre 9 ans pour enfin retrouver un nouvel opus des Soul Assassins menés par l’inévitable DJ Muggs ? Clairement personne tellement les deux premiers opus étaient des références en terme de street music. Disons-le clairement très peu de producteur peuvent se vanter d’avoir à leur actif deux gros albums alliant qualité musicale et invités haut de gamme, et ce n’est pas Alchemist, ex bras droit du DJ de Cypress Hill, qui pourra dire le contraire avec son Chemical Warfare

On ne peut pas dire que ce nouveau Soul Assassins soit un retour au premier plan pour Muggs car, durant cette longue période d’attente, le DJ a eu de quoi faire entre Cypress Hill et ses participations plus ou moins réussies à certain projet dont récemment Pain Language avec Planet Asia qui avait vraiment déçu par sa banalité.

Toujours fidèle à la recette du succès, ce nouveau Soul Assassins invite la crème du moment ainsi que les proches et anciens participants comme RZA ou Sick Jacken (dont son dernier street album est fortement conseillé par votre serviteur).

L’attente a été longue et le résultat est à double tranchant : un projet qui dans l’ensemble reste sur les acquis des deux premières sessions et d’un autre côté une impression d’avoir devant soit un contenu plus proche du format mixtape que de l’album. L’album contient bien sûr son lot de tuerie comme Rep Yo Shit du P.C.P. (combinaison entre Muggs, Necro et Sick Jacken qui devrait aboutir sur la sortie prochaine d’un album), le surprenant duo entre M1 des Dead Prez et Bun B sur le très efficace Gangsta Shit ou encore le remuant Figure It Out réunissant Young Dee, la figure montante de la westcoast à suivre de très prêt, et un Xzibit toujours aussi vif au mic. N’oublions pas le titre éponyme réunissant RZA, B-Real et Planet Asia qui risque de tourner encore longtemps pour ma part.

Pour la suite on alterne entre bonne track et du médiocre, si le Do It rappelle la puissance lyricale du trio de La Coka Nostra, elle n’apporte rien de neuf à leur paysage, à noter la participation de DJ Khalil à ce projet avec Good Morning LA très bien produite mais mal accompagnée par un Self Scientific un peu à la ramasse malgré une bonne performance lyricale. Des tracks comme Meet Your Maker ou Like That Y’All sont très vite zappables.

Au final, on est content de retrouver les Soul Assassins mais même avec son lot de très bonnes tracks, un goût de frustration reste en travers de la gorge. On aurait préféré que ce Intermission soir un cadeau fait aux fans (en téléchargement gratuit) pour faire attendre l’arrivée « normalement » prochaine du vrai numéro 3.

12/20
Soul Assassins – Intermission (2009)
0 vote(s)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les balises HTML ne sont pas autorisés.