Skip to content

Nice & Smooth – Nice & Smooth (1989)

Faisant front à votre matelas, vous vous demandez bien comment rendre cette parure saumonée assez funky pour de la baise sur satin avec votre rendez-vous de ce soir voir vos rendez-vous si vous êtes du gabarit de Rudy Ray Moore. Mais voilà autre l’étiquette Crystal collée sur le mousseux premier prix au frais et les cigares cubains sur la commode en acajou de grand-mère, il vous manque de quoi ambiancer ce tout grâce à un style bien smooth, le fameux who’s your daddy sans le lien de parenté. Vous pourriez aller directement taper dans la discographie de Slick Rick mais  votre côté Don Juan tire la sonnette d’alarme sur l’aspect macro qui pourrait rejaillir et la mésentente sur un titre comme Treat Her Like a Prostitute au moment où celle-ci vous concède vos 3 minutes de Doogystyle. Bien sûr il reste la touche émotionnelle  mais attention au côté gay friendly, un dérapage est vite arrivé et se retrouver en pleine action avec du Drake dans la sono risque tout bonnement de vous faire perdre toute crédibilité, en tant qu’amant à la première minute, en tant qu’être humain aux suivantes. Et si on ressortait les bons vieux skeuds old-school à la vibe funky sucrée ? Back in the dayz, da old dayz, 1.9.8.9., la old school grand cru alors que les Gangstarr étaient encore des newbies, que Biz Markie continuait son rap déluré et les Beastie Boys lâchaient le classic Paul’s Boutique. Dans toutes ces sorties, un duo tentait l’aventure en lâchant leur premier album éponyme : Nice & Smooth mélange parfait entre humour et lover rhymes.

Disons le tout de suite, il aurait été plus logique de chroniquer leur masterpiece Ain’t a Damn Thing Changed mais voilà quitte à faire dans le revival autant reprendre les origines. Car derrière sa pochette avant et arrière super kitch à base de k-way disco, cet éponyme réserve une quantité de skillz qui va faire de votre matelas le haut lieu du funky coup de rein. Stopper directement vos préjugés sur cette époque old school (la vraie) que certains résumeraient à un rap simple et léger sur des samples très basiques. 1989 est le carrefour où se croise les Beastie, De La Soul, Kool G Rap, Geto Boys, EPMD, The D.O.C. ou encore Big Daddy Kane une palette très large qui peut se fendre la gueule en voyant ce qu’actuellement on se bouffe quand en 2013 on a Mic Miller, French Montana, Kanye West, Drake ou Tyler The Creator. Il faudra donc revoir les critères de légèreté (voir même de skillz), imputés à cette époque…


Bienvenue donc dans l’univers de Nice & Smooth, surement un des plus grands duos que le rap ait connu. Loin de vouloir taper la place du duo au meilleur flow, Nice & Smooth est une combinaison de style joviale et sans prise de tête, Nice et son flow tranchant vient lâcher des bars tout en humour alors que Smooth se veut plus lancinant, plus sweet, plus smooth quoi… Dans la lignée de leur mentor Heavy D, Nice and Smooth vont directement puiser leur sources musicales dans la funk des 70’s et la pop-funk des 80’s. Pour l’époque le travail est assez impressionnant, boucle minutée pour ambiancer, retouche méticuleuse et intelligence de la découpe, le duo rend du sérieux et même quand on est un pied dans la pop, le respect ne se désagrège pas.


L’album débute par Early Morning, qui aurait pu se vouloir plutôt smooth mais à la place, le duo attaque plus fort qu’un multivitaminé caféiné sur un gros sample funky de Tommy Roe (Dizzy), parfait pour un take off your close de bucheron. Le dérapage de l’album se trouve directement en piste 2 avec un Something I Can’t Explain (tu m’étonnes) en complet décalage avec l’ensemble de l’album. On quitte une funk coloré pour tomber dans une espèce de soupe mielleuse digne des perles de Boyz II Men, si beaucoup s’était posé la question de sa place à sa sortie, on pourra dire que 14 après, le track a l’intérêt de donner un côté kitchoune qui rentre dans le délire de la pochette. Excepté cet OVNI, le skeud se veut « Havin Fun », sur du King Floyd bien tranchant, Perfect Harmony, le duo pose ses marques microphoniques avec technique histoire de bien marquer le territoire, on déconne mais avec les formes d’ailleurs on retrouve cette volonté sur Skill Trade (même si sur cette dernière Smooth semble en difficulté) ou encore Hit Me, Dope Not Hype et Dope On Rope (gros sample de Zungguzungguguzungguzeng qu’on retrouve une deuxième fois sur la track précèdente Nice & Smooth), titres prémices à leur second opus Ain’t a Damn Thing Changed. On descend les rues de New-York direction Downtown sur We Are No 1, dont certains auront reconnu la boucle de California Love (Joe Cooker pour l’OG). Gros coup de cœur sur No Delayin (Slick Rick sur les cutz) qui démontre le gros taff des deux mcs, alors oui les lyrics sont légères et sans complexités mais quand Nice envoie la sauce c’est autre chose que la scène actuelle. Vous avez dit Funk, ok Funky For You, ça ambiance sévère, ce genre de banana qui rend tout matelas en piste de dance pour spécialiste du décalage de hanche, à enchainer directement avec le titre éponyme et sa boucle hypnotique de Yellowman. Plus smooth mais toujours aussi funk, More And More Hits et le verse de faux lover de Smooth, on garde son sérieux avec beaucoup de mal tellement le mec est un pastiche du black Romeo des 80’s. L’album, loin d’être parfait, connait aussi son lot de tracks que le temps n’épargne pas entre O-o-H Child, Gold (le name droppin pour vieilles branches). Name droppin que l’on retrouve dans une ambiance funk couché de soleil sur Sum Pimped Out Shit qui clôture l’album.


Il y a du matos oublié qu’il faut savoir ressortir pour encore mieux apprécier le rap dans sa globalité. Nice & Smooth n’ont pas eu cette carrière longue des grands duos comme EPMD mais leur héritage reste complet et attractif. Donc si vous avez la parure de lit en satin, les cigarillos et le mousseux top budget dans le frigo, il ne manque plus que de placer le skeud de Nice & Smooth dans la sono pour  mettre plein la vue à cette jeune et innocente inconnue…

 

16/20

Nice & Smooth – Nice & Smooth (1989)
6 vote(s)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les balises HTML ne sont pas autorisés.