Skip to content

Bunch Of Shit #3

 

Monsieur Montebourg, vous aviez créé le buzz il y quelques mois lors de votre entretien très « made in France » dans les colonnes du parisien. Vous revenez aujourd’hui mettre les bouchées doubles en défendant le made in France qui s’exporte à l’international, pourquoi cette nouvelle offensive ?

Arnaud Montebourg : En tant que Ministre du redressement productif, je me dois de défendre l’industrie française dans sa globalité et pas seulement sur notre territoire mais aussi dans le monde entier.

Vous avez voulu accès votre intervention sur deux produits, pouvez-vous nous les présenter ?

AM : bien sûr, je suis venu avec deux albums qui représentent à mon avis le devenir de ce que sera l’industrie rap dans les années à venir c’est-à-dire un énorme melting-polt d’influences diverses où la touche française a un atout important à jouer. J’ai voulu prendre pour cette symbolique deux producteurs français Keno Beats et Colonna qui ont tous les deux sorties des projets avec des artistes américains.


C’est une forme de patriotisme diffèrente que vous défendez contrairement à votre volonté de faire que du français pour les français, pourquoi ce retournement ?

AM : il n’y a pas de retournement, mais une volonté d’ouvrir le champ des perspectives en dehors de nos frontières. Impulser une dynamique autour de ces deux beatmakers c’est un message fort qui démontre que la réussite n’a pas de limite ou de barrière. On a d’un côté un beatmaker d’Orléans Keno Beats qui a misé sur la scène de Baltimore en faisant un projet avec trois mcs : Don Streat, S.O.N. et Lord Baltimore DDS, un projet qui fleure le The Wire à la sauce Loiret. De l’autre côté, Colonna qui, malgré un blaze provoc et peu républicain, lâche Countdown Til’ Napalm avec le groupe de Brooklyn Brother Hood 603 dans la pure lignée de ce que le rap new-yorkais peut offrir de mieux actuellement en lui donnant un petit goût de châtaignes digne du maquis Corse.


On a du mal à vous voir en défenseur de la culture rap française…

AM : je porte bien des marinières et je fais mes milk-shake avec mon robot Moulinex, je peux aussi écouter du rap surtout que l’on parle de projets en autoproduction et finition à la manette, donc dans la lignée de ce made in France que je défends. Et puis, en tant que Ministre du redressement productif il est de mon devoir d’agiter une culture musicale tombée dans le formol depuis bien trop longtemps.

Plus surprenant est le choix que vous avez entrepris en mettant ces deux albums en avant. Pourquoi plus Keno Beats qu’un Booba capable d’inviter des poids lourds américains sur son album ?

AM : j’ai voulu mettre en avant un savoir-faire capable de s’adapter à la demande mondiale et surtout privilégier les jeunes talents. Avec Keno Beats on se replonge dans l’univers des streets bangers, sample fat avec de grosses boucles qui font bouger la tête. Sur ce  Bmore 2 France, la volonté de Keno Beats est de revenir aux formules certifiées par l’ancienne génération comme les M.O.P. (j’ai emballé Audrey sur Ante Up). Il y a une réelle alchimie entre lui et les 3 mcs de Baltimore qui font de ce produit une fierté nationale. Autre ingrédient, et pas des moindre, la plupart des cuts sont réalisés par DJ Modesty qui par ses réalisations antérieures se place aisément parmi le haut du panier des DJ actuels, cocorico quoi !


L’analyse serait la même pour Colonna ?

AM : oui et non. Là aussi le talent est présent mais la note personnelle est différente, on sort du street banger pour revenir à une formule plus conventionnel du rap underground. Colonna offre une collaboration outre-Atlantique plus dans l’air du temps, plus boom bap et volontairement tourné sur les 90’s. Plus sombre et tranchant sur son travail, Colonna compose un univers musical bien en accord avec les flows tranchants et rauques de Arewhy et Thanos. Bref des beats aux verres pillés aussi tranchants que nos réformes.

Y a-t-il, dans ces projets, des morceaux qui ressortent plus que d’autres ?

AM : évidement il y a des préférences, pour Keno Beats, j’ai particulièrement été réjoui par le remix de Burn It Up, Eye Dunno ou Aint It Hard qui m’ont permis de me remettre au break dance pendant mes moments de pause bien efficace pour éviter les mornifles de mes amis syndicalistes de Lorraine et autres régions tropicales. Pour Colonna, j’ai une certaine tendresse pour Gun Powder, C-4, Guerilla War ou Explosion qui me donnent la force avant les négociations musclées avec mon dealer hindou.


Votre fierté du made in France n’influence-t-il pas votre objectivité ?

AM : non, car je sais reconnaître les limites et améliorations à apporter à ces projets, je suis Ministre sous la présidence d’Hollande je vous rappelle. La rationalité étant surement l’axe d’amélioration, privilégié la qualité plutôt que la quantité car certains morceaux sont surement moins pertinents que d’autres. Le fait de renforcer les processus de qualité ne pourra qu’être bénéfiques et surement assurer à ces deux jeunes businessman une visibilité plus sure.

Un dernier mot pour conclure ?

AM : Plutôt que de conclure sur les deux sujets du jour, j’aimerai faire un « big up » comme on le dit à nos talents vifs qui ont emprunté la voie de l’ouverture mondiale : j’en place une pour Kyo Itachi qui devrait encore avoir un calendrier chargé cette année avec la sortie de ses projets avec  John Robinson, Dirt Platoon, Wildelux, Halfabrick et sa Bankai Fam, DJ Low Cut qui revient avec son album NY Minute remixé par la fine fleur des beatmakers français, E.Blaze, Sonik Fiktion qui devrait avoir pas mal d’actualités, Al Tarba et sa collaboration d’avec Lord Lhus, DJ Brans qui revient au rap français avec l’album Sale Temps pour un indé en collaboration avec Gueule d’Ange et puis enfin un encouragement aux espoirs : le producteur Azaïa du label Marvel Records et Ressa Exxel mc/producteur installé à Brooklyn. J’en oublie surement d’autres mais en tout cas je leur souhaite toute la réussite possible pour amener le Made In France dans les Corners les plus crades de ce monde (ou tout du moins plus que notre Gouvernement).

 

15/20

Bunch Of Shit #3
2 vote(s)

One comment on “Bunch Of Shit #3

  1. Gortex on said:

    butterie le Colonna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les balises HTML ne sont pas autorisés.