Skip to content

DJ Quik & Kurupt – The Blaqkout (2009)

Le Hip-Hop est un mouvement qui a assez roulé sa bosse pour n’avoir plus rien à prouver au reste du monde. Il en va de même pour certains artistes de part leur parcours, leurs succès et leurs places dans l’histoire de ce Mouvement. Dans ce lot, il est indéniable que Kurupt et DJ Quik ont largement leur place. Alors quand l’annonce d’un album en commun a été diffusé c’est tout l’univers G-funkien ainsi que le rap dans son ensemble qui se sont mis à vibrer. Pas besoin de refaire l’historique de ces personnages pour essayer de comprendre cette onde de choc. Projet à fort potentiel en perspective et bien sûr attendu au tournant par tout Hip-Hop heads se respectant, ce Blaqkout sera-t-il un retour à l’âge d’or de la westcoast ?

Toute personne normalement constituée ne pourra nier sa déception à la première écoute de ce Blaqkout. Clairement, le paysage musical proposé par DJ Quik a de quoi déboussoler, envoler les rêves d’un album purement G-funk et bonjour l’expérimentation !

Amorcée de cette façon, ma chronique peut donner l’impression d’un règlement de compte sanglant, bien au contraire, passée la déconvenue de la première écoute, le reste ne sera que purs plaisirs. Plaisirs car si Quik ose et s’aventure dans différentes contrées ce n’est pas pour déplaire à son public et objectivement chaque track de l’album se transforme en une pièce maîtresse parfaitement maîtrisée. Dire que Kurupt est en osmose complète avec l’univers de Quik ne suffit pas, c’est une véritable fusion entre deux artistes proches, géographiquement et musicalement, qui ont passé leurs vies à se croiser pour au final se trouver pour de bon.

Analyser cet album, track par track ne servirait à rien car pour cela il faudrait  un point commun ou un point d’appui auquel se référer alors que sur ce Blaqkout chaque morceau est unique. Faire une comparaison entre Watcha Wan Do et 9Xs Outta 10 serait peine perdue.

Chacun trouvera de quoi s’alimenter sur cet album, certains morceaux pourront déplaire aussi bien aux fans des deux protagonistes qu’à l’écouteur lambda mais au final il sera très difficile de critiquer cette transition dans le parcours de DJ Quik et Kurupt. L’album ne s’est pas fait en un jour, le travail d’ensemble le prouve et ceux qui osaient encore douter du génie de Quik seront servis.

Une très belle réussite qui réconciliera certains accros à la eastcoast avec la westcoast et rendra fier tout amoureux du son de LA. « It’s DJ Quik and Kurupt, you miss it? It’s Blaqkout, you visit? Did you get on a boat without a ticket? » Schizo shit !!!

17/20
DJ Quik & Kurupt – The Blaqkout (2009)
1 vote(s)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les balises HTML ne sont pas autorisés.