Skip to content

Large Professor – The LP (2009)

 
 
Quelle attitude devez-vous adopter quand vous êtes sur le point de chroniquer le premier album solo d’un gars que vous considérez comme une légende du beatmaking couplé d’ un très bon mc et le tout en sachant que l’ensemble des tracks ont été enregistrées entre 1994 et 1997 ??? Forcément ça sent le blowjob à plein temps de votre serviteur me direz-vous. Et bien, je ne vais pas me justifier car cet album mérite tous les éloges possibles et si cela vous parait suspect les trois premières tracks suffiront à vous faire adhérer à ma position !
Beatmaker majeur de la grosse pomme, on ne peut pas dire que Large Professor est réussit à s’accaparer une réputation aussi reconnue que DJ premier, Marley Marl, Pete Rock ou encore Havoc. Tel maître, tel élève, le parcours de Large Pro ressemble étrangement à celui de Paul C : incontournable, novateur et porteur mais rétrogradé à un rôle de figuration. Pourtant pour ce natif d’Harlem et éduqué dans le Queens, tout commence comme un compte de fée, une rencontre avec Craig C qui lui apprendra tout, ses premiers essais à la production auprès de Rakim, la découverte du futur talent NaS, ses premiers crédits musicaux avec Kool G Rap & Dj Polo et cerise sur le gâteau avec la sortie de Breaking Atoms des Main Source sous la supervision de Pete Rock ! Peu de beatmakers jouissent de cette chance. Mais le siège de best rap producer ne s’atteint pas sur un claquement de doigt et comme un jeune talent peut en cacher un autre l’arrivée de DJ Premier va lui faire réévaluer ses ambitions à la baisse. Scellée sur la production commune de Peer Pressure, cette rivalité (saine et bénéfique pour le rap) se ressentira sur le fameux Illmatic jusqu’à, pour le moment, Born & Raised de Cormega sorti en 2009. Surement la duplicité de beatmaker/mc n’a pas arrangé les choses mais peut-être que si The LP (au lieu d’être torpillé par Geffen Records) était sorti comme prévu en 1996, la donne aurait été différente. Évacuons les frustrations, oublions les années de galères passées par Large Pro pour récupérer les droits de l’album et les fuites de certaines tracks, et plongeons tête en première dans le monde d’Xtra P !

Rangez les costumes ce soir ce n’est pas carnaval et si vous en doutez, l’intro vous provoquera une sueur froide par son atmosphère glaciale et noire. That’s bullshit ouvre les yeux des auditeurs sur la réalité de la street life sur une instru où le fantôme de Craig C semble planer. Il est clair que Large Pro est loin d’être l’ultimate mc mais il sait aussi aller à l’essentiel et tenir son auditoire, preuve sur le très Queens Touch Hungry. Second extrait leaké de l’époque, I Justwanna Chil nous rappelle le peu le fossé séparant le style de Primo et celui de Pro, bluffant. Retour dans les projects du Queens, avec Funky 2 Listen 2 et son hook très old-school. Mad Scientist, l’extrait par essence, est surement la track la mieux maîtrisée mceinguement parlant. Sur une instru qui sait se faire discrète mais d’une efficience redoutable, on s’enfonce doucement dans la spirale noire pour se reprendre au dernier moment par le hook diabolique. Back again dans le Queens mais avec un bon clin d’œil à l’époque Mickey D and The LA Posse, Hard est un hymne à la rue addictif. Non vous ne rêvez pas votre playlist ne vient pas de bugger et non votre ordinateur, tout utile qu’il peut être, ne vient pas de découvrir le titre caché d’illmatic. One Plus One est certes baignée dans l’atmosphère des Halflife, One Time 4 Your Mind ou It Ain’t Hard To Tell, elle n’est autre qu’une masterpiece de plus. Pas de superlatif redondant, l’écoute suffit à expliquer. Si au moment de l’enregistrement, Large Pro ne faisait plus parti des Main Source, The LP (la track éponyme) est surement un hommage parfait à ces anciens acolytes mais aussi à tonton Pete Rock. Un peu de smooth sympathique avec Dancin’ Girl qui ne tombe pas dans la mièvrerie facile et respecte la ligne centrale de ce The LP. Preuve d’un égocentrisme maîtrisé Large Pro se décharge sur Large Pro : verbs en laissant les manettes à Vandamator pour se consacrer au mic, bonne idée. « multi thème The LP est » dirait le sage Yoda, donc place a un peu de légèreté avec le très funky Havin Fun. Autre moment de répit pour le prodo puisque Tony Rome l’accompagne aux manettes avec un très bon guest de Neek The Exotic et Vandamator. L’instru très Jazzy délivré par Rome est vraiment impressionnante et sert bien d’intro à Amaman, petite bombe qui s’écoute en boucle sans user. Sombre et minimaliste, welcome back to the Queens avec Queens Lounge, Large Pro a beau être né Uptown Manhattan, c’est dans les rues crades du Queens que son art prend tout sa dimension. Le voyage arrive malheureusement bientôt à sa fin avec une dernière dose d’Adrénaline sur Bowne pour redescendre sagement sur un hommage : Big Wilie. Double hommage aussi car l’outro n’oublie de remercier tout les acteurs du Hip-Hop Américain.

Quand on est un label de musique, on essaye, certes, de gagner de l’argent mais aussi de promouvoir des artistes avec du potentiel. D’où cette interrogation : comment peut-on donner une once de crédibilité à Geffen Records vue le sabordage opéré sur cet album ? 13 ans d’attente pour enfin avoir une release officielle de cet album, c’est cher payé au vue de la qualité de l’opus et du travail de Large Pro tout au long de ces années. SI The LP ne prétend en aucun cas à intégrer le top 10 des classics du rap, il peut se vanter d’être un apport de grande importance pour le rap et permet à Large Pro d’avoir la reconnaissance méritée auprès des Hip-Hop headz.

18/20
Large Professor – The LP (2009)
2 vote(s)

2 comments on “Large Professor – The LP (2009)

  1. Crazy Horus on said:

    Bonne review l'ami ! Je ne peux que te quoter tant je suis d'accord avec toi, cet opus aurait mérité de sortir à l'époque car ce mec était en pleine ascension, cet album allait confirmer tout simplement son talent. On va enfin pouvoir avoir une version officielle, mieux vaut tard que jamais, les maisons de disques font parfois de grosses bourdes et là je pense au dernier Q Tip par exemple…Bref une belle claque tout simplement.

  2. Grand Master Drill on said:

    Quand on voit le nombre d'unreleased estampillé 90's qui sortent ces derniers temps, c'est vraiment hallucinant ! On risque encore d'avoir des surprises…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Les balises HTML ne sont pas autorisés.